Rose du cap

Depuis 1989, la Convention de Washington sur les espèces menacées a interdit tout commerce d'ivoire, alarmée par la disparition du nombre d'éléphants, passé de plus de deux millions à 286 000 en trente ans.

Les cabochons d'apparat issus de l'ivoire ancien, à la production et l'échange désormais interdits, réinvestissent un matériau, dont la transmission devient un enjeu de conservation et de préservation.

 

TTC115,00 €HT95,83 €
Délais de livraison: 
10 jours - Fedex (Envoi standard : France : 10€ / UE : 15€ / hors UE : 25€)
cabochon en ivoire ancien
fermoir en laiton argenté et support en argent
fabriqué à la main à Paris en série limitée à cent exemplaires
Décoration

La décoration est étonnante de versatilité. Ornement inutile, mise en scène éphémère d'un côté, elle est aussi cette distinction honorifique qui vient s'épingler sur une poitrine, pour reconnaître les mérites à la Nation. Elle ne sert à rien et elle est une petite victoire symbolique. Les pins (ou décorations) de Samuel Gassmann aiment à considérer ces deux aspects, comme un jeu toujours reconduit entre l'inutile et le cérémonieux.

Ivoire

« Il a fallu abattre cet éléphant devenu trop dangereux. Il traquait les hommes dans la savane, leur broyait le crâne puis sculptait dans leurs molaires de petites figurines (plutôt jolies, d'ailleurs, mais cela ne saurait constituer une excuse à tant de cruauté). » blog L'autofictif, n°1590, Éric Chevillard, 26 mai 2012

Cette petite fiction littéraire dit bien le rapport de culpabilité qu'on entretient avec l'ivoire. S'il a longtemps fait partie d'un patrimoine autorisé, largement déclinée en bimbeloterie et objets cultuels, il est depuis frappé du seau de l'interdit, voire du déni. Aimer l'ivoire n'est plus correct. Prenons sa défense : l'utilisation de pièces existantes pour orner les boutons de manchette permet de reconduire la beauté de cette matière sans abîmer la bête aujourd'hui protégée.